GO TO GLOBAL SITE   se es us fr za it
de ca au no
at br ru ch
gb pl nl sk
Accueil | News | Videos | Articles | Galerie photo | Sites | Salles | Recherche - Tick List | Forum | Classement | Blogs | Contact | S'inscrire !
 By: Jean-Baptiste Jourjon  | Date: 2005-11-23  | Category: Tips & Tricks    | Comment  
 8a.nu

 

Théorie et pratique de la cotation ? " Tout est relatif ? "

En escalade, des niveaux de difficulté sont utilisés pour mesurer la performance des pratiquants (voir 'Systèmes de cotations pour voies et blocs'). Ce système différencie l'escalade de la plupart des autres sports, où les pratiquants se mesurent avec des secondes, des centimètres, des points, ou lors de parties, matches ou combats, généralement assistés par un arbitre. Alors, comment fonctionne le système de cotations ? A qui de déterminer le niveau d'une voie ou bien de la décoter ? Qu'est-ce qu'une voie par rapport à un bloc long ? Essayez-vous d'améliorer vos qualités de grimpeur, ou bien courrez-vous après les croix faciles ?

Le système de cotation en escalade sert en premier lieu à faciliter au grimpeur le choix d'une voie ou d'un bloc qui soit dans ses capacités. En second, c'est un moyen pour constater les progrès réalisés et ainsi concourir avec soi-même. En dernier, et ce d'ailleurs en partie à cause de 8a.nu, le système de cotations est devenu un outil dont se servent ceux en quête de gloire et de sponsors, pour démontrer que tel grimpeur est meilleur que tel autre. Cet article essaye de traiter à la fois la théorie et la pratique du système de cotations, thème qui fait le coeur de ce site. Vos commentaires auprès de 8a.nu sont d'ailleurs les bienvenus...

On peut mettre en opposition Einstein, qui a en fait montré que "tout n'est pas relatif", mais qu'il y a une relation exacte entre la masse, le temps et l'espace, avec le système de cotations en escalade, qui est lui réellement relatif, au moins jusqu'à ce qu'un niveau ait été confirmé ou revu par la communauté des grimpeurs.

La cotation est en général basée sur une suggestion objective de l'ouvreur - ou premier ascensionniste - de la voie (FA : first ascender). De ce fait ce n'est et ne sera jamais une science exacte. La cotation proposée par le premier ascensionniste dépendra toujours de son vécu dans le niveau et dans le style particulier de la voie. Et, puisque les qualités physiques des grimpeurs diffèrent, comme l'allonge, l'endurance et la puissance, un panel de grimpeurs proposerait des niveaux différents pour cette même voie. Une cotation représente ainsi la mesure à la fois de la difficulté d'un itinéraire, mais aussi de l'effort et du temps consacrés par la communauté pour le gravir. Avec le temps et/ou après beaucoup de passages, une cotation plus précise peut être établie. Cependant la cotation restera toujours élastique et ouverte au changement.


 


Albert Einstein

Réévaluer une voie est nécessaire quand plusieurs grimpeurs du niveau suggéré par l'ouvreur pensent que la cotation n'est pas correcte.


Rétrograder ou décoter une voie est un sujet délicat puisqu'on la retrouve souvent dans la liste des réalisations des grimpeurs dont c'est le niveau maximal, ce qui risque de les vexer : mais c'est justement la preuve que cette voie est facile par rapport à la cotation proposée. Avec les " scorecards " les grimpeurs peuvent d'ailleurs, en recherchant les voies les plus parcourues de chaque niveau, trouver rapidement les " croix faciles " dans leur niveau maximal. Mais attention, cela veut peut-être simplement dire que la voie est très belle.

Les cotations données dans les topos, du moins dans les sites les plus fréquentés, sont généralement correctes, bien qu'il y aura toujours des controverses au sujet de certaines voies, surtout les plus récentes. Nous connaissons de nombreux exemples de premiers répétiteurs qui se fichent de corriger la cotation, se contentant de confirmer le niveau farfelu initialement suggéré. En agissant ainsi, ils ne font que se convaincre eux-mêmes de leur valeur. Evidemment, nous connaissons tous des voies surcotées dans notre voisinage ; mais il y a aussi beaucoup de voies et de sites qui tombent dans l'oubli parce qu'ils sont jugés comme trop sévères. A cela nous ne pouvons que répondre : remontez la cotation des voies et des blocs qui valent le détour pour qu'ils soient de nouveau parcourus !

Exemples pratiques de cotation

Meilleure performance !

Si une voie constitue la meilleure performance de plusieurs grimpeurs, elle pourrait être candidate à une rétrogradation.

Nombre d'essais après travail et temps consacré à l'enchaînement ?

Le nombre d'essais après travail (red-point : RP) dans une journée dépend du temps de récupération nécessaire. Dans une voie courte, ou dont le crux arrive rapidement, plus d'une dizaine d'essais par jour sont possibles. Par contre une voie longue et usante ne permet que quelques essais. Par conséquent beaucoup de grimpeurs trouvent que ces voies longues sont sous-cotées, alors qu'elles sont simplement plus pénibles à enchaîner.

Cotation à vue (onsight : OS) par rapport au après-travail ?

Il n'est pas possible de coter une voie en comparant le nombre de fois où elle a été gravie à vue et après travail. En effet la cotation ne doit refléter que la difficulté du cheminement le plus aisé, mais pas la difficulté pour trouver les méthodes les plus faciles. En théorie, toutes les voies sont plus difficiles à vue, mais donner deux cotations différentes rendrait le système encore plus arbitraire qu'aujourd'hui.

La force par rapport à la technique ?

Puisqu'il est plus facile et rapide d'acquérir de la force que de la technique, nous pensons que la cotation des voies demandant le plus de force devrait être revu à la baisse. En effet si vous prenez n'importe quel adolescent gymnaste, il vous dira que les cotations dans les dévers sont bien plus faciles que dans le vertical. A l'inverse, quand on voit les différences de force entre les hommes et les femmes, la plupart des femmes diraient que les voies courtes et raides sont sous-cotées.

Escalade sur coinceurs ou sur spits ?

Dans le système de cotation Anglais, les voies avec protections naturelles (coinceurs) sont données plus difficiles lorsqu'elles sont plus engagées. Un piège mortel est coté E10 ! Ce système est unique, et dans la plupart des autres sites le danger n'entre pas en compte dans la cotation. Cependant il faut garder à l'esprit que quand on place une protection en escalade traditionnelle, on passe plus de temps dans la voie, voire aussi dans le crux. Par sécurité, il est même parfois nécessaire de placer un coinceur dans une prise potentielle, ce qui rend la voie plus difficile que si elle avait été équipée sur spits.

Autrefois et aujourd'hui ?

Auparavant, l'escalade se déroulait sur des murs verticaux loin de la civilisation, et les ouvreurs avaient l'opportunité de conquérir des sommets et coter eux-mêmes leurs ascensions.

Aujourd'hui, la plupart des entraînements ont lieu en salle, sur des murs avec des dévers prononcés et des pans Güllich, ce qui a créé de nouveaux types de grimpeurs avec des qualités physiques plus variées. Ce phénomène a modifié le taux de réussite sur les anciennes voies et blocs, suggérant que certains itinéraires devraient être décotés. Il est par exemple fort probable que les voies et blocs avec jetés (mouvements dynamiques où on se retrouve sans les pieds) connaîtront ce sort dans la mesure où c'est une discipline à la mode et que les grimpeurs progressent dans ce domaine. A l'inverse, on constatera peut-être à l'avenir une recotation vers le haut des itinéraires les plus fréquentés en raison du polissage et de la casse de certaines prises.

Comment devenir plus fort ?

Quand on cherche à devenir un meilleur grimpeur, on entend souvent qu'il faut renforcer nos points faibles. C'est un bon conseil qui fera de nous des grimpeurs polyvalents. Cependant, pour faire suite à ce qui est écrit plus haut, il se peut que réussir à un niveau supérieur nécessite le contraire, à savoir renforcer nos points forts. Par exemple, si vous avez la chance de disposer d'une certaine qualité, comme la puissance, la continuité, l'allonge, ou la force dans les doigts, votre meilleure option pour atteindre un niveau supérieur est justement de rechercher des escalades qui mettent en oeuvre votre qualité particulière. Ceci ne veut pas dire qu'il ne faut pas travailler ses points faibles, mais simplement qu'il ne faut pas oublier ses points forts !

8a.nu